Le code source de la vie.

Je voudrais vous parler aujourd’hui d’un film qui m’avait beaucoup à l’époque. Je sais que de parler de complots et de censures, ça peut sembler concret. Mais croyez-moi, tout est relié. Et mon pointe de vue sur ce film pourrait vous aider à y voir plus clair (bien entendu, c’est possible aussi que c’est VOUS qui voyez plus clair, et vous ne faites que me souffler les réponses 😁 ).

Ce film, quand j’en avais entendu parler la première fois, ne m’avait pas enchanter. Puis, dès la première écoute, j’ai été ébahi, si on peut dire. Ce film se nomme le Code Source, ou bien en France dans son anglais originel, le Source Code.

L’idée du film est simple : un militaire très amoché sert de cobaye par des scientifiques pour déjouer un attentat meurtrier à Chicago. Le comment n’est pas vraiment expliqué dans le film, par contre.

Ce militaire, on le voit dans le film à trois endroits différents, 3 mondes différents. Il est d’abord sous sédation dans un lieu régit par les militaire. Ensuite, il est comme dans un « vaisseau spatial ». C’est dans ce vaisseau qu’il reçoit les ordres. Et puis, il y a le théâtre des opérations. Ce théâtre se présente sous la forme d’un train dans le film.

Le militaire doit trouver le terroriste, l’identifier, et le mettre hors d’état de nuire.

Quand le militaire meurt dans le théâtre des opérations, il retourne à son point de départ dans cet endroit. Alors il a tout le loisirs d’apprendre pour éventuellement finir par réussir sa mission.

Pourquoi je vous parle de ça ici, alors qu’on devrait se concentrer sur les théories du complot et autres choses du genre ? Parce que, justement, pour beaucoup, pour démasquer les théories du complot, faut se permettre de faire des liens entre des choses qui apriori n’ont aucun sens entre elles. C’est d’ailleurs ce processus qui est souvent mis en exergue pour ridiculiser les théoriciens.

Bon, revenons au film, maintenant. Le titre fait référence à la version du code informatique sur lequel les programmeurs travaillent avant d’en assembler une version finale pour les utilisateurs. Je ne fais pas trop pas trop de lien pour le moment avec le contenu du film.

La bombe, oui la fameuse bombe ! On voit dans une scène, Frédérick de Grand-Pré ou Jake Gyllenhaal (ça peut être aussi les deux en même temps, remarquez), sortir du train et pourchasser le meurtrier. C’est alors là qu’on voit le contenu de la fourgonnette du terroriste, et ça a l’air du très lourd, comme contenu. Assez pour faire exploser une ville entière, selon moi!

Juste une petite parenthèse, comme ça. Si votre ami Facebook qui réside en Palestine vous donnait son numéro de téléphone, et que comme par hasard vous feriez une recherche sur DuckDuckGo avec, et qu’ils vous disaient que c’était le numéro de traçage d’un colis qui n’avait pas encore été acheminé au transporteur, vous feriez quoi avec ça?

Ça peut sembler énorme, et n’être rien du tout à la fin. Mais comme on dit : mieux vaut être ‘safe’ que d’être ‘sorry’.

J’avais dit en 2019 à l’hôpital à un autre patient, qui avait joué un petit rôle (de figuration, peut-être) dans un récent film de X-Men, que la fierté était le bonheur Luciférien.

Je sais que je peux être dur à suivre. Je ne fais pas vraiment exprès, et j’aimerais moi aussi que tout soit limpide pour tout le monde. Je suis désolé. 😦

En terminant, parce qu’il n’y a pas de terminant, je vous invite, si vous ne connaissez pas ce film, à au moins regarder la bande-annonce. Cette bande-annonce est en version Française. Mais une version Québécoise de ce film existe également. Inquiétez-vous pas avec ça. 🙂

😁

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s